http://tendancespeoplemag.com/wp-content/uploads/2016/02/Google-728X90-pixels-TOP-MODEL-TCHAD.jpg

L’ambitieux FESPACO 2019

By  |  0 Comments


La 26ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision (Fespaco) annonce de belles promesses. Comment pourrait-il en être autrement, puisqu’elle coïncide avec le cinquantenaire de cette grand-messe du cinéma africain…

Un demi-siècle, ça se fête avec faste. Pour ce faire, le gouvernement burkinabé a décidé d’injecter un milliard de francs CFA à l’organisation de la prochaine édition du Fespaco, prévue du 23 février au 02 mars 2019, soit près de la moitié du budget prévisionnel du festival qui s’élève à 2,250 milliards de francs CFA.

Les 50 ans du Fespaco sont placés sous le thème : « Confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité ». D’après Ardiouma Soma, le Délégué Général du festival, « cinquante ans, c’est l’âge d’or qui nous interpelle sur notre passé et notre devenir, les acquis, les manquements et le repositionnement nécessaire pour mieux aborder l’avenir ».

De nombreux pays d’Afrique, subsaharienne particulièrement, devraient prendre L’exemple sur le Burkina Faso. Il est peu courant de voir les Etats s’investir autant dans l’essor du cinéma. Tant de projets ont été tués dans l’œuf ou ont à peine eu le temps de tenir assez longtemps pour qu’on s’en souvienne. Pis, dans certains contextes la production cinématographique se fait de manière désorganisée, parce que les gouvernants ont démissionné. Priorité à la politique politicienne, à la construction des routes dont les chantiers s’éternisent, au financement des projets énergétiques dont les résultats ne profitent qu’aux plus riches, entre autres. Si malgré ces « priorités », l’Occident et l’Asie gardent leur longueur d’avance sur l’Afrique en termes de développement, alors il y a matière à se questionner. Pourtant, ce secteur n’est pas seulement lucratif, mais il confère aussi une importance aux pays qui se démarquent. L’exemple du Nigeria est fort éloquent en la matière.

Pour revenir au Fespaco, l’appel à films court jusqu’au 31 octobre 2018. En attendant, l’organisation s’active pour que les chantiers soient livrés à temps. Qu’il plaise aux « génies ».

Affiche FESPACO 2018

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *