http://tendancespeoplemag.com/wp-content/uploads/2016/02/Google-728X90-pixels-TOP-MODEL-TCHAD.jpg

Comment Nsimba Valène Lontanga s’est inspirée de ses racines africaines

By  |  0 Comments


Née en Hollande, la jeune créatrice d’origine congolaise veut non seulement imposer « Libaya », sa marque, mais aussi révéler le talent des créateurs africains.

Nsimba Valène Lontanga n’aime pas l’idée que les gens ont de la mode africaine. La jeune créatrice de mode née en Hollande de parents congolais fait de la déconstruction des préjugés sur la mode africaine, un combat permanent. D’où les projets qu’elle développe depuis 2016.

Petite, elle vit dans un milieu blanc. Elle raconte d’ailleurs que sa famille était la seule noire de son quartier. Nsimba Valène Lontanga aurait logiquement dû être influencée par son environnement, mais non ! Ses origines africaines et sa mère couturière orientent sa vision professionnelle.

Image associée

C’est chez Vlisco qu’elle décroche son premier job de chasseuse de tendances. Cette entreprise est spécialisée dans la production et la commercialisation du Wax. En 2017, Nsimba arrête d’y travailler et décide de lancer sa propre marque. Naît alors Libaya, un projet qu’elle peaufinait depuis 2016. Celui-ci a la particularité que ses modèles sont confectionnés en Afrique.

Résultat de recherche d'images pour "Nsimba Valène Lontanga"

« Ma mode est influencée par ma mère et mes tantes. Leur façon de s’habiller et de traiter la mode a une élégance que je n’ai pas trouvé dans la mode. J’ai commencé à vouloir des vêtements qui défient la vision qu’on a de la mode africaine et pourraient être portés hors du continent. Travailler sur les silhouettes et pas forcément les imprimés », relève Nsimba au magazine Marie-Claire.

Image associée

La vision de Nsimba est de dépasser les stéréotypes sur la mode africaine et sensibiliser sur sa singularité sans toutefois la limiter à des modèles, formes et étoffes traditionnels du continent.

Résultat de recherche d'images pour "Nsimba Valène Lontanga libaya"

La jeune femme de 27 ans est déjà lancée dans sa conquête du monde. De nombreux magazines s’intéressent à son concept. Mais, la créatrice voit plus grand. Pour elle, le militantisme pour une image plus conquérante de la mode africaine ne se limite à sa personne. C’est ce qui l’a poussée à lancer « The Future of fashion in Africa » (The Fofa), une plate-forme qui répertorie les créateurs africains et met en vitrine leur savoir-faire. « Je voulais montrer l’avenir de la mode africaine. L’impact que ces professionnels ont sur l’industrie. Ils sont aussi l’avenir de la mode. Mon objectif est de réunir les personnalités les plus influentes et les plus inspirantes de la mode africaine, qui soient capables de rivaliser au niveau international », explique la créatrice.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *