http://tendancespeoplemag.com/wp-content/uploads/2016/02/Google-728X90-pixels-TOP-MODEL-TCHAD.jpg

Kira Soumare, grande prêtresse de la séduction

By  |  0 Comments


La styliste sénégalaise, promotrice de la marque de lingerie féminine Kira créations est habitée par l’envie de sortir l’intimité des tabous. Pour elle, les couples doivent s’investir dans leur épanouissement  et cela passe par la séduction. C’est d’ailleurs son maître-mot. Véritable ambassadrice du Sénégal, Kira Soumare n’a qu’un rêve : que ses créations soient dans les garde-robes du monde entier.

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis Mme Soumare Kira, beaucoup plus connu sous le nom de Kira, tout simplement. J’ai 43 ans, de signe Bélier. J’ai vécu mon enfance dans une famille monogame, de parents assez souples mais rigides sur les valeurs. Souples, parce qu’on avait une vie assez occidentale, même si on a gardé nos racines traditionnelles. Mais, de l’extérieur, on voyait davantage notre côté moderne. Ma mère est métisse libanaise, mon père est sénégalais. Pour eux, ce qui était important, c’était l’éducation, le savoir-vivre en tant que femme. Nous avons étudié jusqu’au niveau universitaire. Après on avait le droit de faire ce qu’on voulait. Mais, avant, en tant que femme, on devait rester concentrées sur les études, apprendre les tâches de maison, avoir du savoir-vivre, de manière générale. J’ai également reçu une éducation religieuse. J’ai un côté spirituel assez développé.

Pour ce qui est de mon parcours académique, j’ai suivi des études en management et marketing à l’institut africain de management. J’ai étudié quatre ans au niveau supérieur après un baccalauréat D (scientifique). Ce qui m’a ouvert les portes du milieu professionnel.  J’ai été commerciale, assistante de direction pendant quatre ans, et par la suite, j’ai ouvert ma propre structure en 2003. C’était mon premier showroom, Kira création, que j’ai développé jusqu’à présent et j’ai rajouté d’autres services, notamment le coaching. Vous avez sans doute entendu parler de Kira coaching.

Au Sénégal, votre pays, vous êtes présentée comme la grande prêtresse de la séduction. Comment en êtes-vous arrivée là ?

Ce n’est rien d’autre que beaucoup de travail, de recherche, de la persévérance et du discernement. Et ça, c’est un don de Dieu en plus de mes études scientifiques, qui exigent de travailler dans la méthodologie de recherche. Après, il y a ma propre synthèse, ma propre vision que je mets en place et qui est assez appréciée. En dehors de mes études supérieures, j’ai eu à faire un cours sur les projets d’innovation. Et, je pense que ce cours m’a beaucoup marquée, car j’ai l’art de faire des recherches tout le temps, d’aller vers des choses qui ne sont pas encore développées et d’y apporter une touche qui pourrait vraiment offrir une ouverture qui mette le Sénégal en valeur.

Dans un contexte comme le vôtre, parler ouvertement d’intimité s’assimile à briser des tabous, comment votre action a-t-elle été perçue au départ ?

C’est ça l’avantage de faire des études. J’étais consciente de mon marché, de ma situation. Il fallait que j’en tienne compte. Et lorsque je l’ai fait, ça a donné des fruits. Je n’ai pas eu de problème avec la presse, ni avec ma famille, etc. Dès le début, la société sénégalaise a très bien compris que mon travail ne consistait pas à exhiber les mannequins, mais juste montrer aux couples qu’ils ont, à leur portée, une marque qui les met en valeur dans leur intimité, en variant les modèles de lingerie. J’ai insisté dans la présentation de mon projet sur le fait que le but de la marque n’était pas de concevoir des vêtements avec lesquels sortir. On les expose juste pour qu’ils sachent qu’on est là.

Comment avez-vous affronté les préjugés et imposé votre vision de la vie conjugale ?

Ça n’a pas été difficile, car le Sénégal est tout de même un pays qui accorde de l’importance à l’animation de l’intimité dans la vie de couple. Mais, les femmes ne se retrouvaient pas dans le fait de devoir acheter les accessoires de séduction dans la rue. Elles les faisaient acheter par des employées de maison. Malheureusement, l’achat ne correspondait pas toujours à leur image. Grâce à mon showroom, mes créations, elles peuvent venir dans un cadre convivial et faire leur choix. Elles ont vraiment bien pris la chose. Le plus difficile a été la manière de présenter mes créations lors des défilés. Il fallait vraiment couvrir les mannequins, ne pas les dénuder. Autrement ma marque a été acceptée par la population.

Quand j’ai débuté, j’ai organisé beaucoup de défilés, de soirées privées… J’ai participé aux événements fashion au Sénégal, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire… Mon travail a intéressé la presse, qui en a beaucoup parlé. Ça a permis de faire connaître la marque. Par la suite, j’ai été sollicitée sur les plateaux télé. J’observais, à chaque fois, que les journalistes étaient très intéressés par mon projet. Ils estimaient que j’arrivais à apporter des réponses assez techniques de manière à ne pas choquer. Même les radios en Chine, aux Etats-Unis ont demandé des interviews avec moi ? Et j’en suis fière parce que le Sénégal a une ambassadrice qui peut bien vendre un produit assez sensible. Cela demande quand même un niveau de communication assez élevé pour ne pas heurter les mœurs. J’ai beaucoup communiqué en montrant que la femme devait prendre soin d’elle, qu’elle soit seule ou pas. Ses sous-vêtements doivent refléter son image. Elle ne doit pas seulement se mettre en valeur quand elle est dehors, à des cérémonies ou ailleurs. Donc, dans ma communication, je mets l’accent sur le fait que la femme doit prendre soin d’elle à l’intérieur comme à l’extérieur.

Parlez-nous de la philosophie de votre marque, Kira créations…

C’est de cultiver le beau, de cultiver sa beauté intérieure à travers la lingerie et tout autre service de Kira ; mettre en valeur sa silhouette quelle qu’elle soit. Il faut savoir mettre sa silhouette en valeur aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur. La marque Kira veut rester complice des femmes pour leur épanouissement intérieur et dans leur couple.

Quelles sont vos inspirations ?

C’est la beauté de la femme qui m’inspire. Je m’inspire beaucoup de la culture du beau. Je le répète souvent parce que c’est vraiment ma vision. Je suis tout le temps en train de cultiver ce qui est beau, physiquement, verbalement, mentalement. C’est vraiment ça la signature de Kira. Je le reflète également dans mes créations. J’ai toujours à cœur de mettre en valeur mes semblables. Donc, voir le partenaire satisfait de sa femme à travers ce qu’elle propose pour le détendre fait partie de mes inspirations. C’est un aspect qui tient une place privilégiée dans la vie : le plaisir, le loisir…Il faut savoir bien en profiter et également dans le couple.

En quoi Kira créations se distingue des autres  marques?

Je peux dire que je me distingue par l’originalité de mes modèles, mon professionnalisme dans le service, mais aussi mon attitude durant la vente : les conseils que je donne aux clientes, la manière de mettre en valeur les articles, les choix… Je porte une attention particulière à chaque cliente qui entre dans mon showroom.  En outre, Kira créations tient à être la complice du charme des clientes. J’ai toujours à cœur de proposer des nouveautés adaptées à leurs besoins. Donc, Kira ne s’arrête pas à une chose, elle évolue tout le temps.  J’ai rajouté des produits cosmétiques coquins, des huiles de massage, des bougies, des crèmes aphrodisiaques. Et pour aller plus loin, j’ai sorti des leçons de séduction sous forme de cartes pour aider les femmes à atteindre leurs objectifs vis-à-vis de leurs maris. C’est la touche particulière de Kira : veiller à assister totalement la femme dans sa séduction.

Comment mesurez-vous l’impact de votre travail sur le quotidien des femmes ? Avez-vous le sentiment de faire changer les choses à travers votre marque et vos coachings ?

Elles reviennent. Même si elles vont ailleurs, elles reviennent toujours parce que Kira a une particularité. Et je suis vraiment contente des retours. Certaines m’écrivent et, il n’y a pas meilleure récompense.

Quelles rencontres importantes avez-vous faites dans le cadre du développement de votre marque ?

J’ai été reçue par l’ancienne Première dame du Sénégal, Mme Viviane Wade. J’ai été proche de certains ministres et députés et j’ai eu à faire un long voyage en France, au salon du prêt-à-porter, où j’ai rencontré des personnes assez intéressantes. J’ai également été en Egypte dans le cadre du festival des films africains. Ce sont des voyages professionnels qui m’ont permis d’aller à la rencontre d’autres horizons et d’enrichir mon travail. Je fais partie des stylistes de renommée au Sénégal qui, lorsqu’il y a des réunions dans les ministères sur les problématiques liées à la culture, au tourisme et à l’artisanat, représentent la corporation pour faire des propositions

Jusqu’où aimeriez-vous porter le message de Kira créations ?

Je souhaiterais que mes créations voyagent dans tous les pays du monde et qu’elles soient consommées partout où le besoin se trouve. Qu’elles réconcilient les cultures et que ma philosophie, mon concept soient adoptés par les blanches, les noires, et toutes les autres races du monde. Qu’on retrouve mes créations dans leurs garde-robes, leurs boîtes à outils de séduction, dans leurs astuces de séduction.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *