beauté,mode et cinéma
http://tendancespeoplemag.com/wp-content/uploads/2016/02/Google-728X90-pixels-TOP-MODEL-TCHAD.jpg

Le cinéaste nigérien Inoussa Ousseini est décédé

By  |  0 Comments


Inoussa Ousseini, cinéaste, ancien ministre et ambassadeur du Niger à l’Unesco, est décédé mardi 5 janvier 2021 à Paris, à l’âge de 72 ans.

Inoussa Ousseini était cinéaste, sociologue, ancien ministre et ambassadeur du Niger à l’Unesco. Pionnier du film documentaire en Afrique, il fut aussi l’un des membres fondateurs de la fondation Jean Rouch. Il avait rencontré Jean Rouch au ciné-club de Niamey, alors qu’il n’était qu’un lycéen de 15 ans. Rouch l’avait soutenu, ce qui lui permit de passer son bac et de suivre les cours de la faculté des lettres de Tours tout en suivant ceux de Rouch à la Cinémathèque de Paris.
Il va réaliser La Sangsue, un film sur la sexualité des Français, puis Paris c’est joli, sur le vécu d’un Africain entré illégalement en France (prix de la critique au Fespaco de 1976).
De retour au Niger, il prend la direction du département audiovisuel du CNRS de Niamey, créé par Jean Rouch, tout en l’accompagnant dans ses missions à l’intérieur du pays.
Inoussa Ousséini a réalisé plusieurs courts métrages, dont Sangsue (La) (1970), Paris c’est joli (1974) Prix de la critique FESPACO 76, Dinard 74, Grand prix, Ganga (1975), Médecines et médecins (1976), Une jeunesse face à la culture (1976), Lutte saharienne (1976), Le Griot Badye (1977), Fêtes traditionnelles populaires du Niger (1980), Fantasia 1980), Soro (le) (1980), Wasan kara (1980), Tahoua an 2 le festival (1986).
En 2004, Inoussa Ousseini a été nommé ambassadeur du Niger auprès de l’Unesco. Il a fondé le Forum africain du film documentaire de Niamey, qui s’est tenu pour la première fois en décembre 2006.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *