beauté,mode et cinéma
http://tendancespeoplemag.com/wp-content/uploads/2016/02/Google-728X90-pixels-TOP-MODEL-TCHAD.jpg

« Le garçon qui dompta le vent » : Chiwetel Ejiofor dans sa première apparition cinématographique

By  |  0 Comments


Le Garçon qui dompta le vent est le premier film de Chiwetel Ejiofor qui se place cette fois des deux côtés de la caméra. La narration est divisée en quatre chapitres, qui suivent les différentes étapes de la culture d’un champ, en allant des aléas climatiques, aux inondations et à la pluie. 

L’enfant qui dompta le vent évite de nombreux pièges de l’ethnocinéma ; un cinéma qui essentialise le continent et le représente de manière unanime et atemporelle (nous élargissons ici le concept d’ ethnophilosophie proposé par Paulin Hountondji). On évite par exemple les clichés sur les paysages indomptés, la brousse et la jungle (sans cohérence géographique) qui existent dans certains long-métrages. Le film évite aussi de présenter ses enjeux comme une simple opposition entre la « tradition » et la « modernité ». La contradiction vis à vis du personnage principal est rendue visible  à travers le personnage de l’enseignant dans la première partie du film. Cette figure d’opposition se retrouve à travers le père dans la deuxième partie du film.  Les contradictions sont présentées de manière nuancée. Chaque personnage fait face à ses responsabilités et sa conscience, sans toujours prendre les bonnes décisions, mais sans être mauvais par essence.

Il peut paraître malheureux de se réjouir de cela en 2019 pourtant, Le Garçon qui dompta le vent apporte une bouffée d’air frais (sans mauvais jeu de mots avec le titre du film) en ce qui concerne les choix de langue opérés. Il n’y a pas si longtemps par exemple, on pouvait entendre dans l’adaptation de La promesse de l’aube les habitants d’un village de l’actuelle République Centrafricaine s’exprimer en… wolof. Dans l’oeuvre de Chiwetel Ejiofor, c’est le chichewa qui est parlé en alternance avec l’anglais.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *