http://tendancespeoplemag.com/wp-content/uploads/2016/02/Google-728X90-pixels-TOP-MODEL-TCHAD.jpg

RIFIC 2018: « Le prince de Genève » séduit

By  |  0 Comments

Le film de Michel Kuate a été projeté lors de la cérémonie d’ouverture des Rencontres Internationales du Film Court…

A la sortie des cours, Raissa et Elisabeth, deux jeunes filles montent à bord  de la voiture d’un homme très riche qui se fait appeler le « Prince de Genève ». Très réservée, Raïssa  se méfie de cet homme mystérieux à la richesse inexplicable. Plus extravertie, son amie le drague ouvertement. Elles n’opposent aucune résistance lorsque  « le prince » décide de les conduire dans son palais.  C’est avec une attention bien particulière que les cinéphiles venus assister à la cérémonie d’ouverture des Rencontres internationales du film court (Rific) regardent « Le prince de Genève ». Le film de Michel Kuaté projeté le 27 octobre dernier à la salle Sita Bella de Yaoundé.  Pendant la vingtaine de minutes que dure la projection, personne ne parle. Tout le monde est séduit par la qualité de l’image et surtout l’intrigue du film. En effet, une fois dans Son château, « le prince de Genève » incarné par Gabriel Fomogne se transforme en serpent et avale l’une des jeunes filles. L’effroi envahit alors la salle. Certains spectateurs, des dames pour la plupart poussent des cris de frayeur. Ce court métrage qui allie humour et drame séduit plus d’un. Le film « Ashia » de Francoise Ellong projeté quelques minutes avant a lui aussi émerveillé le public.  Ces films laissent présager que les autres réalisations cinématographiques qui seront projetées pendant cette semaine de festival seront-elles aussi de haute facture.

Loin des strass et paillettes qui symbolisent souvent les cérémonies d’ouverture et de clôture de festivals, la rencontre du  27 octobre dernier s’est voulue moins protocolaire. Pas de robes  extravagantes, de costumes sur mesure ni même de tapis rouge. Cependant, cette absence d’artifices n’a rien enlevé à la splendeur de l’événement. Pour cette 14e édition, Frank Olivier Ndema, le délégué général du festival a voulu poser sur la table des débats un problème propre au cinéma camerounais. Il s’agit de la distribution. C’est d’ailleurs ce qui explique le thème « Court métrage et distribution » retenu par le comité d’organisation.  Pour édifier les jeunes réalisateurs sur cette question,  des professionnels du métier animeront des ateliers. Il est aussi prévu des rencontres et des échanges de connaissances. Mais l’attraction principale reste la projection de courts métrages (films qui durent moins de 30min). Jusqu’au 03 novembre prochain, les cinéphiles peuvent donc se donner rendez vous au Goethe Institut, à la salle Sita Bella et à l’Atelier 4 à Bastos pour regarder des réalisations cinématographiques de qualité.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *