http://tendancespeoplemag.com/wp-content/uploads/2016/02/Google-728X90-pixels-TOP-MODEL-TCHAD.jpg

« Qadar » (The Sons of the Lord): un film tunisien audacieux et unique

By  |  0 Comments

« Qadar » (The Sons of the Lord) est le premier long-métrage de la réalisatrice tunisienne Imen ben Hassine, diplômée de Cinecours Canada et ex-animatrice à la chaîne ZDF en Allemagne. Sorti le 19 octobre 2022, le film est projeté actuellement dans les salles de cinéma tunisiennes.

« Qadar » est un « thriller politique » qui vient combler le paysage cinématographique tunisien en mettant le doigt là où ça fait mal. Il traite ainsi le sujet des organisations secrètes qui s’imprègnent au sein des gouvernements et dénote leur puissant pouvoir dans une époque où les valeurs humaines et les émotions ne sont pas légitimes.

Cette fiction regroupe une pléiade d’acteurs et d’actrices à l’instar de Wajiha Jandoubi, Mhadheb Rmili, Rabbaa Essefi, Riadh Hamdi et la libanaise Takla Chamoun que l’on a hâte de retrouver sur grand écran.

« L’enfant qui n’est pas embrassé par le village le brûlera pour sentir la chaleur ». Proverbe Africain

Mhadheb Rmili tient le rôle principal du film, Hafnaoui, un médecin légiste qui falsifie un nombre incalculable de dossiers d’autopsie conformément aux ordres donnés par l’organisation secrète à laquelle il fournit ses services. Les flashbacks qui s’étoffent au fur et à mesure des événements servent à nous faire part de son enfance douloureuse. Issu d’un milieu social et familial défavorisé, ce dernier vivait avec des parents tyranniques qu’il a fini par incendier dans leur propre demeure.

Il paraît que Hafnaoui est dans l’incapacité d’aimer : « Je ne ressens ni l’amour, ni le manque (…) », dit-il, jusqu’à ce que le destin (Qadar) d’un corps familier passe entre ses mains.

Des stars qui ne laissent pas indifférent !

La grande Wajiha Jendoubi quitte sa robe d’humoriste pour incarner le rôle d’une dirigeante sans scrupules à la tête du même réseau au nom de Kehna. Celle-ci obéit à chaque fois aux directives d’un donneur d’ordres inconnu.

La grande actrice libanaise Takla Chamoun assure une présence captivante et parle cette fois le dialecte tunisien à travers le personnage de Katia, une femme manipulatrice et opiniâtre dont l’objectif lui glisse entre les doigts.

Rabbaa Essefi excelle également dans le rôle de Nour, une cinéaste qui se bat pour dévoiler les pratiques corrompues de cette organisation à qui rien n’échappe, ou presque.

Dans le même contexte, Borhène Bsaïes se glisse dans la peau de Mondher. Ce présentateur télé fictif entretient des relations douteuses avec des acteurs de la scène politique. Et tant d’autres personnages à découvrir !  

Nous vous encourageons vivement à voir le long-métrage de fiction « Qadar » (The Sons of the Lord) de la talentueuse réalisatrice Imen Ben Hassine afin de lever le voile sur une nouvelle facette du cinéma tunisien post-révolutionnaire.

Nour Gharbi

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

trois × 4 =