http://tendancespeoplemag.com/wp-content/uploads/2016/02/Google-728X90-pixels-TOP-MODEL-TCHAD.jpg

Le nappy hair, un business en plein expansion sur le marché de la coiffure

By  |  0 Comments

Le Nappy hair considéré comme style bio et afro s’impose de plus en plus dans l’univers de la coiffure. Grâce aux blogs et aux ateliers de coiffure, les nappies expérimentent toutes les manières d’arranger leurs cheveux : elles se font des « vanilles », des « tortilles », des tresses, des nattes, des « twists », des « locks ».

« Elles retrouvent tout le patrimoine perdu des coiffures africaines traditionnelles, que les coiffeurs adaptent, modernisent », explique Aïssata Tounkara, coiffeuse. Aujourd’hui, les créateurs nappies redécouvrent cette esthétique, comme Sephora Joannes et ses « sculptures capillaires » inspirées par les Peuls et les Masai, ou l’artisan coiffeur Taj, parisien lauréat du Black Beauty Sensational Hair Awards 2011 de Londres.

Depuis l’époque du défrisage où se vendaient extrêmement bien mèches, extensions et autres, la tendance capillaire gagne du terrain. Notamment le Web où naissent Blogs, vlogs, forums très animés sur le sujet… À l’image des coiffeuses pro, les internautes enseignent l’art de la coiffure afro à coups de tutoriels et de fiches pratiques. Ainsi, on apprend ce qu’est un big chop (« la grande coupe » du cheveu défrisé vers le crépu), une transition (période de sevrage de défrisant), une coiffure protectrice (comme les tresses qui préservent les pointes), un twist out (coiffure qui permet de boucler son afro), le fameux processus du shrinkage (phénomène de rétrécissement lorsque la fibre capillaire est en contact avec l’eau)… Et tout ce qui entoure l’univers du cheveu crépu, à des années-lumière de ce qu’on avait l’habitude d’entendre. Parallèlement, on note la floraison de mouvements satellites comme les Nappy des Babi. Par ailleurs, des événements extrêmement courus qui enseignent, renseignent, éduquent, permettent de partager la culture créent des professions dans ce secteur tel une réligion.

Outre le fait de soulever des problématiques sociétales, le phénomène nappy a bouleversé les mentalités en même temps que le marché. Nombreuses sont les entreprises qui prennent naissance ou se réveillent grâce à la recrudescence des crinières crépues. « Les femmes noires sont celles qui utilisent le plus de cosmétiques au monde (selon une étude de Softheen Carson, filiale ethnique de L’Oréal NDLR) » explique Kelly Massole, fondatrice de Les Secrets de Loly, jeune marque française de cosmétiques capillaires ethniques. Et puisque le défrisage ne remplit plus les caisses, il a bien fallu trouver un substitut, surtout que la demande augmente en même temps que le nombre d’adeptes au mouvement. « Ce marché n’est pas tellement nouveau. Mais il devient très connu. Alors forcément, il représente une source de revenus supplémentaires pour toutes les enseignes » rappelle Kelly. D’où l’initiative des grandes industries, comme DOP, ou Garnier, d’élargir leur gamme de produits aux cheveux crépus. Entre les lignes complètes de cosmétiques, les ouvertures de salons spécialisés, les blogs et vlogs à succès qui deviennent de réelles entreprises (Belle Ebène), le marché de la beauté noir est bel et bien en pleine effervescence. « Avant, je me plaignais souvent du manque de cosmétiques pour ce type de cheveux », avoue la jeune nappy Caroline. Et d’assurer, avec la foi des convertis: « Aujourd’hui, les femmes noires ont toutes les raisons du monde d’arrêter le défrisage ».

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *